Quel permis pour scooter électrique ?

Le scooter électrique est l’un des moyens de transport les plus utilisés à cette époque. L’utilisation de ce moyen de transport requiert un certain permis. Quelles sont les différents types de permis pour l’utilisation du scooter électrique ? En savoir plus à travers cet article.

Le permis AM et A1

Les permis AM correspondent à l’ancien BSR. Dès l’âge de 14 ans, vous pouvez l’enlever et conduire un scooter électrique avec une puissance continue de 1 000 à 4 000 watts. Côté thermique, cela correspond à un scooter jusqu’à 50 cm³ à une vitesse maximale allant jusqu’à 45 km/h. Les scooters électriques peuvent être conduits sans permis, les personnes âgées ont donc un avantage à cet égard. Mieux qu’une trottinette électrique sans permis pour se déplacer en ville.

A voir aussi : Les rendez-vous incontournables pour les amateurs de moto dans votre région

Les permis A1 sont communément appelés permis 125, mais avec l’introduction des scooters et motos électriques, il est recommandé d’utiliser le terme plus général A1. Disponible dès 16 ans, il est homologué pour alimenter les motos et scooters électriques d’une puissance continue de 4 000 Watts à 11 000 Watts. Ces performances sont comparables à celles d’un deux-roues à moteur thermique jusqu’à 125 cm³.

Les permis A2, A et B

Il s’appelait autrefois un permis moto, mais maintenant, il devrait s’appeler un permis A2, car certains scooters l’exigent. Vous pouvez passer ce permis à partir de 18 ans si vous souhaitez conduire l’un des véhicules suivants :

A découvrir également : Guide d’achat pour avoir le scooter électrique idéal

  • trottinettes électriques de plus de 11 kW ;
  • motos électriques de 11 kW ou plus et moins de 35 kW et
  • grands scooters thermiques et vélos de plus de 125 ch avec une puissance constamment inférieure à 35 kW.

Par exemple, un permis de conduire A2 vous permet de conduire un Zero DSR avec une puissance continue de 22 kW.

Le permis A pour les motos électriques le plus puissant

Après 2 ans avec un permis de conduire A2, vous pouvez suivre 7 heures de formation et obtenir un permis de conduire A sans examen final. Ce permis de conduire A vous autorise à conduire une moto électrique de 35kW ou plus. Les exemples incluent le nouveau Energica Eva Ribelle 2020 (puissance : 70 kW) et Harley Davidson LiveWire (78 kW).

Le Permis B et sa formation magique

À partir de 20 ans, vous pouvez suivre une formation de 7 heures pour conduire une moto ou scooter 125 cc et une moto ou scooter 4-11 kW. Ainsi, avec un permis B, vous pouvez conduire un scooter électrique équivalent 50cc et un scooter ou moto électrique équivalent 125cc. Sous réserve de 7 heures de formation.

Les limites de vitesse pour les différents permis

En France, la limite de vitesse autorisée dépend du type de véhicule. En général, les scooters électriques sont plus lents que leurs homologues à essence. Cela est dû en partie aux limitations légales imposées aux constructeurs en termes de puissance des moteurs.

Voici un aperçu des différentes limites de vitesses autorisées pour chaque type de permis :

  • Permis AM (accessible à partir de 14 ans) : Vélos assistés et cyclomoteurs électriques avec une vitesse maximale comprise entre 25 km/h et 45 km/h.
  • Permis B (accessible à partir de 18 ans) : Scooter ou moto thermique avec une cylindrée maximale égale ou inférieure à 125 cm3 ; scooter électrique équivalent 50cc et scooter/moto électrique équivalent 125cc après avoir suivi une formation spécifique.
  • Permis A1 (accessible à partir de 16 ans) : Moto légère jusqu’à 11 kW et tricycles motorisés jusqu’à ≤15 kW.
  • Premier niveau du Permis A2 (accessible à partir de 18 ans) : Motos

    Les avantages et inconvénients du scooter électrique par rapport aux véhicules thermiques

    Les avantages et inconvénients du scooter électrique par rapport aux véhicules thermiques

    Le choix d’un scooter électrique plutôt qu’un scooter à essence dépendra de vos besoins, mais aussi des avantages et inconvénients inhérents à chaque type de véhicule.

    Voici un aperçu des principaux points forts et faibles des scooters électriques :

    • Avantages :
      • Coût énergétique moindre par kilomètre parcouru.
      • Silence de fonctionnement.
      • Émission zéro polluant atmosphérique (pas d’échappement).
      • Faible impact environnemental en ce qui concerne la production d’énergie nécessaire pour les recharger comparativement au carburant fossile utilisé dans les moteurs essence ou diesel.
      • Prix plus élevé que celui des modèles thermiques similaires, notamment en raison du coût supérieur des batteries.
      • L’autonomie est encore limitée pour certains modèles sur le marché actuel. Cela peut être problématique si vous devez parcourir une longue distance sans possibilité de recharge.
      • Temps de charge assez long selon la capacité de la batterie et l’amperage disponible lorsqu’on utilise une prise domestique classique. Des solutions existent comme installer une prise spéciale permettant une charge rapide mais cela engendre souvent un supplément financier non négligeable au moment de l’achat.

      Il faut noter que les scooters électriques sont encore peu nombreux sur nos routes. Cela peut représenter un inconvénient pour certain·e·s qui ont besoin d’un véhicule immédiatement disponible en cas de panne ou d’urgence.

      Le choix entre un scooter électrique et un scooter thermique dépendra de vos besoins personnels. Mais si vous êtes à la recherche d’une option plus écologique, silencieuse et économique à long terme, alors le scooter électrique pourrait être une solution intéressante pour vous.